Goodyear 1966 :

L'histoire des pneus à l'origine de la première victoire de Ford au Mans

Lorsque Bruce McLaren et Chris Amon ont remporté les 24 Heures du Mans en 1966, Ford n'était pas la seule société américaine à se hisser sur la scène mondiale. La célèbre GT40 Mark II noire était équipée de pneus Goodyear. Elle démarra la course avec la gomme de Firestone, le grand rival de l'entreprise dans la guerre des pneus, mais décrocha la victoire avec des pneus Goodyear. Cette victoire est le deuxième succès consécutif de Goodyear au Mans.

Les étoiles du succès du Mans 1966 commencèrent à s'aligner en 1959 quand, alors qu'un problème cardiaque mettait fin prématurément à la carrière de pilote de Carroll Shelby, vainqueur du Mans, celui-ci assura la distribution des pneus Goodyear pour 11 états occidentaux des États-Unis. 

Goodyear joua un rôle déterminant dans le succès de l'équipe américaine Shelby avec la Cobra et d'autres voitures de course Ford, tant aux États-Unis que sur la scène internationale. Goodyear a même financé la création de la première Daytona Coupé inspirée de la Cobra et conçue par Peter Brock. Avec son aérodynamisme novateur, cette élégante voiture de course a dominé les Ferrari 250 GTO en remportant une victoire en catégorie GT et en terminant quatrième au classement général du Mans en 1964. 

Pendant ce temps, après l'échec des négociations pour l'achat de Ferrari en 1963, Ford avait l'intention de vaincre la compagnie italienne sur le circuit avec la GT40. Mais en 1964, tous ces nouveaux modèles de Ford tant acclamés se sont retirés au Mans, comme ils l'avaient fait sur toutes les autres courses cette année-là.

L'année suivante, Ferrari monta sur le podium au Mans, alors qu'une fois de plus, pas une seule GT40 ne parvint à terminer la course, bien que Ford ait confié le contrôle du programme à Shelby. Tandis que les Ford et Ferrari officielles cessaient de rouler autour d'eux, la Ferrari 250 LM de Masten Gregory et Jochen Rindt de la North American Racing Team (NART) concédaient à Goodyear sa première victoire au classement général des 24 Heures, contre toute attente.

Pendant ce temps, après l'échec des négociations pour l'achat de Ferrari en 1963, Ford avait l'intention de vaincre la compagnie italienne sur le circuit avec la GT40. Mais en 1964, tous ces nouveaux modèles de Ford tant acclamés se sont retirés au Mans, comme ils l'avaient fait sur toutes les autres courses cette année-là.

L'année suivante, Ferrari monta sur le podium au Mans, alors qu'une fois de plus, pas une seule GT40 ne parvint à terminer la course, bien que Ford ait confié le contrôle du programme à Shelby. Tandis que les Ford et Ferrari officielles cessaient de rouler autour d'eux, la Ferrari 250 LM de Masten Gregory et Jochen Rindt de la North American Racing Team (NART) concédaient à Goodyear sa première victoire au classement général des 24 Heures, contre toute attente.

Pour l'édition de 1966, Ford ne laissa aucune place au hasard. Huit GT40 Mark II de 7 litres (427 ci) ont été introduites, mais malgré la relation de Shelby avec Goodyear, les pneus Wingfoot n'étaient pas montés sur chaque voiture. À l'époque, les contrats pour pneus étaient souvent conclus avec des pilotes de façon individuelle plutôt qu'avec des équipes complètes. Les pilotes de la voiture noire n° 2, Bruce McLaren et Chris Amon, furent tous deux engagés par Firestone.

Pour l'édition de 1966, Ford ne laissa aucune place au hasard. Huit GT40 Mark II de 7 litres (427 ci) ont été introduites, mais malgré la relation de Shelby avec Goodyear, les pneus Wingfoot n'étaient pas montés sur chaque voiture. À l'époque, les contrats pour pneus étaient souvent conclus avec des pilotes de façon individuelle plutôt qu'avec des équipes complètes. Les pilotes de la voiture noire n° 2, Bruce McLaren et Chris Amon, furent tous deux engagés par Firestone.

À 16 h, le départ de la course fut donné dans des conditions humides et il est vite apparu que celles-ci convenaient mieux aux modèles Goodyear qu'aux modèles Firestone. Deux des voitures Shelby (la n° 1 de Ken Miles/Denny Hulme et la n° 3 de Dan Gurney/Jerry Grant) ne rencontraient aucun problème avec leurs pneus Goodyear, mais McLaren perdait une partie des pneus au niveau du virage de Mulsanne, à plus de 335 km/h.

Lorsqu'il vint passer le relais à Amon à 17 h 33, il sollicita le représentant Firestone et négocia un échange avec des pneus Goodyear. La voiture n° 2 perdit du temps dans le processus, ce qui engendra un retard qui ne fut comblé que lorsque Miles, qui pilotait la n° 1, ralentit pour permettre à McLaren de le rattraper afin de franchir la ligne d'arrivée de manière controversée l'après-midi suivant. 

Alors qu'Amon s'apprêtait à quitter les stands, McLaren lui dit de « Go like hell » (« Fonce comme jamais »), une phrase qui deviendra le titre du livre le plus vendu d'A.J. Baime, qui relate la rivalité entre Ford et Ferrari au Mans dans les années 60.

Le lendemain, vers 16 h, les Ford n° 2, n° 1 et n° 5 restantes (cette dernière étant la voiture Holman & Moody de Ronnie Bucknum et Dick Hutcherson) se sont alignées pour une arrivée en première place. 

L'égalité préméditée entre les deux modèles Shelby fait toujours débat aujourd'hui, mais l'histoire nous apprend que McLaren et Amon ont obtenu la victoire en démarrant avec un écart et donc en ayant parcouru une plus grande distance dans le même laps de temps. Sans l'échange anticipé avec les pneus Goodyear, ils n'auraient même pas été en compétition.

Shelby, Ford et Goodyear sont revenus au Mans en 1967 pour remporter une deuxième victoire consécutive (la troisième de Goodyear) avec la Mark IV. Au cours des années suivantes, Goodyear a accumulé un total de 14 victoires aux 24 Heures du Mans. 

Shelby, Ford et Goodyear sont revenus au Mans en 1967 pour remporter une deuxième victoire consécutive (la troisième de Goodyear) avec la Mark IV. Au cours des années suivantes, Goodyear a accumulé un total de 14 victoires aux 24 Heures du Mans. 

Goodyear a également acquis une expérience considérable dans le domaine de la compétition automobile grâce à des dizaines d'années de succès dans les courses américaines IMSA. Ses pneus ont permis de remporter un record de 368 Grands Prix de Formule 1 et sont devenus synonymes de voitures de série NASCAR et de courses de dragsters NHRA.

Pour la saison 2019-2020, Goodyear a choisi la compétition sportive européenne et internationale pour amorcer son retour aux championnats du monde de course automobile. Tout comme dans les années 1960, la compétition automobile offre aujourd'hui une plate-forme solide pour faire la démonstration des technologies de pneu sur un large éventail de prototypes et de voitures GT différentes. Goodyear a développé une nouvelle gamme de pneus pour le Championnat du Monde d'Endurance (WEC) FIA, dont les 24 Heures du Mans, où ses pneus se disputeront la victoire dans la catégorie LMP2 en 2020.

Goodyear a également acquis une expérience considérable dans le domaine de la compétition automobile grâce à des dizaines d'années de succès dans les courses américaines IMSA. Ses pneus ont permis de remporter un record de 368 Grands Prix de Formule 1 et sont devenus synonymes de voitures de série NASCAR et de courses de dragsters NHRA.

Pour la saison 2019-2020, Goodyear a choisi la compétition sportive européenne et internationale pour amorcer son retour aux championnats du monde de course automobile. Tout comme dans les années 1960, la compétition automobile offre aujourd'hui une plate-forme solide pour faire la démonstration des technologies de pneu sur un large éventail de prototypes et de voitures GT différentes. Goodyear a développé une nouvelle gamme de pneus pour le Championnat du Monde d'Endurance (WEC) FIA, dont les 24 Heures du Mans, où ses pneus se disputeront la victoire dans la catégorie LMP2 en 2020.

Tous les pneus ne sont pas compatibles avec votre véhicule. Permettez-nous de vous aider à trouver le bon pneu.